Haut de page

La carboxythérapie, ou traitement par injection sous cutané de dioxyde de carbone (CO2).

Est une ancienne technique avec de nouvelles indications. Le CO2 est un gaz naturellement présent dans l’organisme. Il est donc très bien

toléré par l’organisme et les effets secondaires de la carboxythérapie sont extrêmement rares depuis que le procédé a été mis au

point dans les années 1930 en France. En médecine, c’est un traitement de choix dans tous les domaines vasculaire, syndrome de

Raynaud, ulcères par exemple. Mais l’importance de ses propriétés en fait un traitement de choix dans 3 domaines de l’esthétique :


Le traitement du relâchement cutané, les vergétures,la cellulite, le rajeunissement de la peau.

Principe :

La carboxythérapie n’est qu’une technique médicale parmi un éventailde possibilités. Les soins comportent souvent une première

consultation de diagnostic. C’est une technique très proche de la mésothérapie. Il s’agit de pratiquer, à l’aide d’aiguilles très fines, des

injections de petites quantités de gaz sous la peau en superficie tout comme en mésothérapie.
 

Le CO2 produit des réactions locales. On constate des modifications mécaniques avec destruction des cellules graisseuses, mais le

gaz provoque également des modifications de la micro circulation des espaces sous cutanés. L’apport d’oxygène est augmenté

localement par l’afflux de sang.

Les phénomènes métaboliques (nettoyage de l’organisme et destruction des toxineslocales) sont optimisés. Il en résulte une

amélioration du fonctionnement cellulaire avec une peau mieux irriguée. L’élasticité de la peau se trouve augmentée. On a un véritable

rajeunissement cutané. La destruction des cellules graisseuses permet une amélioration de la cellulite superficielle et de l’aspect

“peau d’orange”.

Il existe plusieurs types de machines pour carboxythérapie. Le principe de ces équipements est relativement constant. Les bouteilles

de CO2 sont des dispositifs médicaux renfermant un gaz stérile sous haute pression. Ce gaz est détendu à une pression de l’ordre de

quelques atmosphères par la machine. Une fois que le gaz est mis à la bonne pression, il est chauffé à la température du corps, puis il

chemine à travers un tuyau souple sur lequel est monté une micro aiguille stérile.

Le rôle du médecin consiste à piquer de façon régulière toute la zone à traiter. Lors de chaque piqûre sous-cutanée, l’ordinateur

intégré à la machine injecte un certain volume de gaz pendant une période de temps programmée. Les paramètres de la machine sont

choisis en fonction du type de traitement et de la zone à prendre en charge.


Les propriétés de la Carboxythérapie.

- Activation de la vasodilatation micro circulatoire

- Augmentation de la microcirculation

- Augmentation de l’action lipolytique des tissus adipeux

- Augmentation du taux d’oxygène dans les tissus superficiels


Les indications


1 - Les pathologies artérielles :

La carboxythérapie a d’abord été utilisé dans le traitement des troubles artériels à partir des années 30, les effets de revascularisation

ont ainsi été mis en évidence.

 
- Les artériopathies des membres inférieurs au stade d’ischémie d’effort
- Les claudications des membres supérieurs dans les sténoses sous-clavières athéromateuses
- Les impuissances d’origine artérielle
- Le syndrome de Raynaud qu’il soit idiopathique, d’origine athéromateuse ou qu’il entre dans le cadre d’ une sclérodermie. On obtient

une meilleure vascularisation des extrémités avec la réduction du nombre, de la durée et de la sévérité des crises.
- Les ulcères artériels et artério-veineux et les retards de cicatrisation.

2 - La cellulite :

Cette indication est relativement nouvelle et a pris son essor depuis le début des années 2000 avec le développement de la médecine

esthétique. La première publication pour le traitement dela cellulite date de 1947 par le Dr Berthier à Royat. Il s’était aperçu que les

patientes traitées pour artérite amélioraient leur cellulite.

Les traitements sont rapides, sans douleurs et très efficaces.

Le traitement par carboxythérapie est utilisé également pour compléter le résultat de liposuccion en cas d’irrégularité de la peau (tôle

ondulée ).


3 - Le relâchement cutané :

Le traitement du relâchement cutané est également une bonne indication. L’amélioration du métabolisme de la peau liée à de meilleurs

échanges gazeux et sanguins des régions traitées aboutit à une meilleure élasticité de la peau.avec une diminution de l’infiltration

graisseuse.


4 - Le rajeunissement :

Effet coup de jeune, éclat du visage, atténuation des ridules, tâches ….
Grace à ses propriétés, on peut donc utiliser cette technique dans le traitement du vieillissement cutané.


5 - Les Vergetures :

Disparition des vergetures récentes (post grossesse), atténuation d’au moins 50% des vergetures les plus anciennes. Dans cette

indication la carboxythérapie peut être associé à un traitement par laser, peeling ou LED.

Déroulement d’une séance :

La préparation pour la séance de carboxythérapie comporte un examen clinique préalable où le médecin va rechercher les signes de

bonne tolérance. Puis suivre l’évolution de la texture de la peau et adapter éventuellement la méthode pour une meilleure efficacité.

(exemple: la profondeur d’injection pour la cellulite).

Si les effets secondaires sont rares, le médecin s’attachera à les limiter au maximum. Ainsi, il n’est pas judicieux de traiter une peau

présentant une affection ou infection en évolution. Un traitement esthétique antérieur peut imposer des délais avant d’entreprendre à

nouveau un traitement de la cellulite par carboxythérapie. Le patient est allongé confortablement. Le matériel stérile est préparé

(aiguille de 30 G ultra fine à usage unique), l’appareil de carboxythérapie est mise en calibrage (débit du gaz) pour débuter le

traitement. La peau à traiter est préparée et désinfectée afin de prendre toutes les précautions d’usage vis-à-vis des rares

phénomènes infectieux possible.

Le traitement a proprement dit :

Identique au traitement de mésothérapie à la seule différence qu’on injecte un gaz au lieu d’injecter des mélanges médicamenteux

aqueux. Le gaz carbonique est injecté en sous-cutané (sous le derme) ou en intra-dermique (dans le derme) met la peau en tension.

On ressent une sensation de gonflement temporaire pendant quelques minutes et de décollement de la peau s’accompagne d’une

légère douleur ainsi qu’une discrète chaleur dans les minutes qui suivent la séance. Il s’agit le plus souvent de la réaction vaso-active

liée au CO2 (la vascularisation s’adapte à l’arrivée du gaz). C’est l’effet qu’on cherche à obtenir. Il n’y a pas besoin de faire

d’anesthésie locale.

Le gaz est résorbé très rapidement car l’organisme l’élimine naturellement en quelques minutes. (L’organisme produit lui-même du CO2

et il dispose des fonctions pour le recycler et l’éliminer rapidement).

Le médecin déplace l’aiguille de proche en proche pour couvrir toute la zone concernée par la cellulite, la maladie vasculaire ou le

relâchement cutané. Les séances peuvent se faire à raison de 1 à 2 par semaine pendant environ 5 semaines.

Selon les zones et la surface à traiter, la durée de la séance est de 15 à 45 minutes.

Le nombre de séances est variable :

Régénération des paupières : 6

Régénération du visage : 6

Vergetures : 10 / 12

Cellulite : 12

Régénération du corps : 12